top of page
  • Photo du rédacteurNathalie Lekobou

Revue de la politique d’orientation et promotion de la formation professionnelle vers les métiers prioritaires

Dans le souci d’améliorer la qualité de l’enseignement et de la formation professionnelle, le Gouvernement a dédié au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), le projet n°11 (P11) intitulé « revue de la politique d’orientation et promotion de la formation professionnelle vers les métiers prioritaires ». Ce projet a pour ambition l’insertion sur le marché du travail, avec des emplois stables, des apprenants issus des formations professionnelles.


Le séminaire gouvernemental qui s’est tenu les 12 et 13 septembre 2022 à Kpalimé a recommandé au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche d’inscrire un nouveau projet opérationnel intitulé « validation du schéma de déploiement des formations aux métiers prioritaires présents et aux métiers prioritaires d’avenir » dans le projet stratégique P11 de la feuille de route gouvernementale.

Le processus de définition des métiers prioritaires, des formations professionnelles prioritaires et leur déploiement a connu plusieurs étapes à savoir :


1-     Mise en place d’un comité projet

Le comité projet, coordonné par le ministre, a été mis en place par arrêté. Il est composé des responsables d’axes, des représentants des ministères sectoriels, des représentants du monde socio professionnel et du secteur privé. Il a pour mission de valider les termes de références, d’analyser et de valider les résultats issus des différentes activités.



2-     Réunion de cadrage

La réunion de cadrage a permis à tous les responsables des projets opérationnels et de jalons de s’approprier les termes de référence, notamment les objectifs et les résultats attendus du projet.





3-     Revue documentaire et réalisation d’un benchmark

La revue documentaire a permis de définir les concepts de métier, métier prioritaire, métier prioritaire présent, métier prioritaire d’avenir et métier en tension. En outre, elle a permis de prendre connaissance des textes règlementaires relatifs à l’emploi et de consulter les rapports d’études afférents aux métiers et des documents provenant de diverses institutions et organisations professionnelles édités par les organismes internationaux.

Un benchmark des expériences de la France et de l’Afrique du Sud a permis de s’inspirer du modèle sud-africain. Selon ce modèle, il est appliqué des critères qui guident le choix des métiers prioritaires associés à un système de pondération appelé scoring en vue de les classer. Cette pondération résulte de la prise en compte d’un certain nombre d’éléments comme le besoin, la facilité d’insertion professionnelle, la disponibilité de l’offre de formation en matériel et en ressources humaines, la durée de la transition professionnelle, etc.



4-     Définition des critères d’identification des métiers prioritaires

En se référant au travail du groupe d’experts et aux benchmark, trois (3) critères ont été retenus et validés pour l’identification des métiers prioritaires au Togo. Il s’agit du critère d’écart relatif à l’existence ou non d’un problème ou d’un besoin au Togo par rapport à ce métier, du critère de faisabilité relatif à la possibilité ou non de la mise en œuvre de la formation et du critère d’impact relatif à la valeur ajoutée que revêt ce métier sur le développement du Togo.



5-     Organisation d’un atelier national plurisectoriel

Un atelier national plurisectoriel a été organisé le 26 septembre 2022 à l’hôtel Sarakawa. Cet atelier a regroupé notamment les représentants de tous les ministères, le Conseil national du patronat du Togo (CNP-Togo), la faîtière de l’industrie, les ordres socio professionnels, l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), Togo Invest Corporation, la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT), les universités publiques du Togo (UPT), le Conseil des établissements privés d’enseignement supérieur (CEPES), le Réseau des institutions d’enseignement supérieur d’initiative privée (RIESIP).

Au cours de cet atelier, les participants constitués en groupes de travail ont proposé, de façon consensuelle, dix (10) tendances ou secteurs de métiers qui regroupent les métiers classés selon la nomenclature des métiers et professions en République togolaise. Ces dix (10) tendances de métiers sont l’énergie et les mines ; l’agriculture et l’agro-alimentaire ; le digital ; la santé ; l’écologie, l’environnement et l’économie verte ; l’urbanisme et le cadre de vie ; l’éducation ; la sécurité et la protection civile ; les transports et la logistique ; et l’industrie.

En outre, les participants ont élaboré des sous-critères en se fondant sur les trois critères identifiés par le comité projet. A ces critères et sous-critères, les groupes de travail ont affecté des points (scores) qui ont permis de classer les métiers. La pondération (scoring) a pris en compte les données nationales et internationales et les ambitions de la feuille de route gouvernementale 2025.



6-     Validation des métiers prioritaires

En se référant aux critères et sous-critères susmentionnés, les participants, lors d’un atelier tenu du 28 au 30 novembre 2022 à l’EAMAU, ont examiné et validé 120 métiers prioritaires, soit                        soixante-quinze (75) métiers prioritaires présents et quarante-cinq (45) métiers prioritaires d’avenir.



7-     Formations aux métiers prioritaires retenues

Pour élaborer les offres de formation aux métiers prioritaires, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a identifié les compétences métiers et s’est référé à la maquette des offres de formation professionnelle élaborée dans le cadre du projet 11 de la feuille de route gouvernementale. Les formations retenues par type de métiers prioritaires sont :

  • Domaine des sciences et technologies Spécialités : génie civil, génie mécanique, génie électrique, génie industriel, agroalimentaire, chimie, eau et environnement, réseaux et télécommunications, systèmes et réseaux informatiques, raffinage de pétrole et pétrochimie, géomatique, géodétection, électrotechnique, robotique, génie de l’environnement.

  • Domaine des sciences de la santé Spécialités : soins infirmiers, soins obstétricaux et néonataux, délégué médical et pharmaceutique.

  • Domaine des sciences agronomiques Spécialités : phytotechnie, zootechnie, technologie des semences, agrobusiness, management et marketing agricole.

 

  • Domaine des sciences économiques et économie maritime Spécialités : manutention et management logistique, transit, consignation et armement.

  • Domaine des sciences de l’homme et de la société Spécialités : système d’information géographique, télédétection, géosciences et dynamique des milieux. Concernant les métiers prioritaires en tension, il s’agit des domaines et spécialités suivants :

  • Domaine des sciences et technologies Spécialités : mathématiques et informatique, intelligence artificielle et Big Data, sécurité informatique, énergies renouvelables, développement d’applications, électronique.

  • Domaine des sciences économiques et économie maritime Spécialité : actuariat.

  • Domaine des sciences de la santé Technicien et ingénieur réparateurs de matériels médicaux. Prenant en compte les besoins actuels et futurs, une priorité a été accordée aux filières relevant des domaines des sciences et technologies, des sciences de la santé et des sciences agronomiques. 



8-     Schéma de déploiement des formations aux métiers prioritaires

Le schéma de déploiement des formations aux métiers prioritaires se fera en quatre (4) étapes à savoir l’identification des établissements devant abriter les offres de formation, la sensibilisation des apprenants sur les formations aux métiers prioritaires, la sélection des apprenants et le lancement des formations par les autorités compétentes. 


L’identification est faite en tenant compte des établissements d’enseignement supérieur disposant déjà de ces formations. Il s’agit de l’université de Lomé, l’université de Kara et des établissements privés d’enseignement supérieur comme l’université catholique de l’Afrique de l’Ouest-Unité universitaire au Togo, l’institut de formation technique supérieure, l’école supérieure d’informatique et de gestion GLOBAL SUCCESS, l’institut supérieur FORMATEC, l’école supérieure d’administration et de gestion Notre Dame de l’Eglise, l’école supérieure des ponts et chaussées et l’institut de technologie IPNET.


La sensibilisation des apprenants sur les formations aux métiers prioritaires se fait au cours des séances d’information à l’endroit des nouveaux bacheliers.


Les apprenants retenus dans le programme de formation aux métiers prioritaires seront les meilleurs admis aux différents concours d’entrée aux établissements identifiés. Ils bénéficieront d’un appui du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (ordinaires, cours spéciaux sous forme de séminaire tous les trois mois, bourses d’études pour les étudiants du public comme du privé, inscription au cours d’anglais pour l’obtention d’un TOEFL, des voyages/stages d’immersion, etc.). 

Pour les formations aux métiers prioritaires n’existant pas sur le territoire ou exigeant de lourds investissements pour leur mise en œuvre, le ministère prévoit l’octroi des bourses aux étudiants pour poursuivre ces formations à l’étranger.


L’attribution des bourses se fera selon les critères nationaux de la direction des bourses et stages. Le nombre d’étudiants qui seront retenus dans ce programme au cours de la rentrée académique 2023-2024 est de 500, soit 250 pour l’université de Lomé, 100 pour l’université de Kara, 100 pour les établissements privés d’enseignement supérieur et 50 pour les bourses à l’étranger. Une cellule est mise en place pour le suivi de ces étudiants.


Le chronogramme du déroulement du déploiement de ces formations se présente comme suit : Du 15 juillet au 16 août 2023 : sensibilisation, sélection des étudiants au programme et identification des établissements habilités à dérouler ces formations.


17 août 2023 : compte rendu de la mise en œuvre du programme de formation aux métiers prioritaires au Premier Ministre.


Du 15 septembre au 10 octobre 2023 : publication de la liste des étudiants retenus par les différents établissements identifiés.


Du 11 octobre au 15 octobre 2023 : préparation du lancement officiel des formations aux métiers prioritaires.

Comentários


bottom of page