top of page
  • Photo du rédacteurNathalie Lekobou

L’importance de la culture numérique et de l’autonomisation des enfants sur le continent africain.

Les droits des enfants dans l'environnement numérique vont au-delà des droits de protection, le droit de chaque enfant d'être protégé contre l'exploitation, et incluent le droit à l'éducation, à la participation, à la santé et de nombreux autres droits positifs. Malgré les progrès mondiaux en matière de droits des enfants à protéger dans l'espace numérique, peu de documents sont documentés sur la manière dont les enfants interagissent avec la technologie en Afrique.
Crédit image © par Retice Africa.

Protéger les droits des enfants sur le continent à l'ère numérique


Les nouvelles technologies appartiennent aux jeunes. L'expansion continue de l'espace numérique, exposant les enfants aux nouvelles technologies et aux contenus numériques, pose de nouveaux risques pour les droits des enfants, des parents et des tuteurs confrontés à ce dilemme. Internet et les applications associées ont connu une croissance constante depuis leur émergence et leur omniprésence à la fin du 20e siècle.


Une étude de 2022 a révélé qu’il y a environ 600 millions d’internautes sur le continent africain. Dans l’ensemble, les enfants représentent généralement 30 à 40 % des internautes. Ces chiffres ne reposent sur aucune analyse spécifique de l'Afrique, mais ils montrent le rôle que joue la technologie dans le développement et la croissance des enfants.


L’Afrique connaît une augmentation particulièrement rapide de l’afflux d’outils numériques. Contrairement aux infrastructures traditionnelles telles que les systèmes de transport et les ports, l’accès à Internet et à la technologie peut être intégré rapidement à l’écosystème d’un pays sans trop de perturbations.


Cela présente à la fois des risques et des opportunités. Les jeunes ont désormais un accès immédiat à de nouvelles compétences, opportunités d’emploi et outils d’apprentissage pour soutenir leur développement. Mais sans réglementation ni surveillance, les enfants risquent d’être exposés à des contenus préjudiciables, à des acteurs dangereux et à la désinformation.

Crédit image © par Retice Africa.

Les dangers à long terme qui entravent l’apprentissage numérique en Afrique


Les pays africains ont défendu l’utilisation de la technologie comme moyen d’exploiter le pouvoir des jeunes. L'Agenda des enfants du l’ACERWC 2021 identifie l'innovation technologique comme un pilier clé qui sous-tend les droits des enfants à travers le continent, y compris les enfants handicapés.


Cependant, un cadre réglementaire, une surveillance et une évaluation crédibles sont nécessaires pour garantir la réussite de ces nobles objectifs.



Crédit image © par Retice Africa.

La manière la plus efficace d’avancer


Alors que l'Afrique s'efforce de donner la priorité à la technologie comme moyen d'accélérer le développement et d'autonomiser les adolescents, le continent continuera de placer l'intérêt supérieur des enfants au centre de toutes les discussions et agendas liés aux enfants dans l'espace numérique. Les nouvelles technologies et les environnements numériques dans lesquels vivent les enfants doivent être surveillés, réglementés et adaptés pour soutenir et non entraver leur développement.


Ces processus nécessitent une volonté politique continue et un financement crédible, ainsi que d’autres mécanismes soutenus par le gouvernement. Sans le strict respect de ces exigences, ces pays risquent de transformer leur pouvoir en une opportunité d’exploitation. Chaque juridiction a des besoins uniques, mais une action commune est nécessaire à l’échelle du continent pour améliorer l’apprentissage numérique et aider les enfants à atteindre leur plein potentiel.


L'ONG APARD souhaite sensibiliser au droit des enfants à l'éducation et à la protection de l’utilisation d’outils numériques grâce à la solution RENAL de KA TECHNOLOGIE GROUP. L'ONG APARD œuvre également à améliorer le droit des enfants à l'éducation dans les zones rurales d'Afrique. C'est exactement le cas du village d'Imoussa au Togo ou l'ONG APARD encadre élèves du collège la Renaissance afin de promouvoir la gratuité à l'éducation pour ses enfants pauvres et défavorisés.

ความคิดเห็น


bottom of page